Accueil‎ > ‎

Thérapies complémentaires

Travailler sur soi c'est se donner les chances de prendre conscience de ce que l'on rejoue pour pourvoir en sortir


L’accueil de nos propres difficultés vient parler de la façon dont nous avons nous mêmes été accueillis par notre environnement.

L'hypothèse formulée ici est que nous reproduisons les expériences que nous avons vécu (dans notre vie d'avant avec notre environnement d'avant), comme un sorte d'automatisme, que nous n'avons pas conscience de faire, sur nous même. Par exemple :
  • si j'ai été rejeté, je risque de rejeter mes souffrances,
  • si j'ai été maltraité, je risque de me maltraiter,
  • si on n'a pas pris soin de moi, je risque de ne pas prendre soin de moi.
L’autre hypothèse suivante est celle du "double effet" : Non seulement  je vais potentiellement reproduire ce qui m'est arrivé, mais en plus, toutes ces interactions avec mon environnement vont potentiellement façonner une image de moi, biaisée. Par exemple :
  • Si je suis rejeté c'est que je suis mauvais,
  • si je suis maltraité c'est que je j'ai fait quelque chose de mal,
  • si je suis suis abandonné c'est que je ne mérite pas d'être aimé...
Or ces, ces ressentis vont éventuellement (et malheureusement) souvent devenirs des croyances dans la vie d'adulte, dont on a oublié l'origine.

La gestalt thérapie est un travail de fond, qui aide à faire émerger nos croyances, nos nœuds émotionnels, nos difficultés et qui nous apprends à les accueillir, c'est ce que l'on appelle le travail de "PRISE DE CONSCIENCE" de là ou j'en suis, psychiquement, émotionnellement et corporellement.

Travailler sur soi c'est un acte qui va nous confronter à une forme de mobilisation

Comprendre ce qui nous arrive, ou faire émerger nos comportements à la surface est un sacré pas en avant dans la thérapie, mais cela prend un certains temps. Temps pendant lequel la souffrance reliée à nos comportements répétitifs est souvent toujours présente, C'est pourquoi il peut être opportun d'aller vers des  thérapies complémentaires (massage, méditation, danse, sport, yoga...) qui vont certainement nous permettre de "gouter", et connaître des comportements nouveaux et bons pour nous.

Ces nouveautés ne sont pas évidentes à mettre en place, car elles demandent  de se mobiliser dans la "VOLONTÉ". Si cela est possible ! Car la mobilisation et la volonté sont souvent deux éléments difficiles à contacter pour les personnes qui sont en psychothérapie (au début)
Mais si un début de mobilisation est possible à cet endroit, cela se transformera probablement en un levier thérapeutique fort.

Avec la volonté nous avons l'occasion d'orienter notre mobilisation vers ce qui peut être bon pour nous à deux endroits précis

  • Sortir du mental (le mode faire)
  • Se reconnecter à son corps (le mode être)


Durant ce temps de psychothérapie, il est donc envisageable de faire un travail parallèle sur soi, au niveau du corps et de la conscience


Voici des liens qui vous permettront d'avoir quelques idées de pratiques complémentaires à la psychothérapie, et qui vous aideront potentiellement

Ces liens sont des liens vers des pratiques individuelles sur internet, ils sont donnés à titre d'exemple, et de façon partielle, afin des donner des idées de pratiques. D'autre part ils n'engagent que leurs auteurs.

Il est conseillé de regarder si dans votre quartier d'habitation ou de travail il existe des associations qui permettent de pratiquer in situ ou en groupe.

Activités corporelles et sportives (avec sou sans spiritualité)

  • Le sport en général, pratiqué en mode loisir et détente, hors compétition
    • La natation
    • Le running
    • Le cyclisme
    • La marche à pieds
    • La danse
  • La danse thérapie

Activités de prise de conscience et relaxation(avec sou sans spiritualité)

  • La méditation Pleine conscience

    • Christophe André


Activités corporelles (avec ou sans spiritualité)